En navigant sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte

Château Vignelaure : notre visite du domaine

Château Vignelaure : notre visite du domaine

À la découverte de Château Vignelaure

Les vins du Château Vignelaure, ça fait un moment que nous les avons référencés ! Au delà de la réputation de ce domaine et de sa proximité, nous avons toujours été convaincus par la qualité et le rapport prix/plaisir de ses vins ! Nous étions donc ravis d’avoir été invités à la visite du domaine en cette rentrée 2018, et nous en sommes ressortis plus ravis encore. Voilà pourquoi !

Le Château Vignelaure !


D’abord parce que le Château Vignelaure est un domaine magnifique. Evidemment, les vignes à l’automne, c’est déjà un beau spectacle, mais la propriété, très ancienne, est également magnifique. Nous avons été accueillis dans une pièce au milieu de laquelle trônait une immense table ultra moderne couverte d’un mix de vaisselle ancienne et moderne, et à côté de laquelle brulait un feu dans la cheminée. Un contraste que l’on retrouve partout ici ! 
Le bâtiment lui même est immense, avec une collection d’art qui envahit chaque pièce, si bien que chaque endroit a sa propre personnalité comme vous pourrez le voir sur les photos ! Une ambiance cosy et excitante à la fois s’en dégage: on hésite entre s’affaler dans le confort d’un canapé ou d’un fauteuil design, ou étudier les tableaux, sculptures, éclairages et autres babioles du monde entier qui « peuplent » les lieux et ont sans doute bien des histoires à raconter !
Mais nous n’étions pas là pour ça ;) Nous avons bien sur visité aussi le chai, avec son mur de roche apparent, la cuverie immense et moderne, ainsi que les caves de stockage qui font un peu l’effet d’une caverne d’ali baba pour tout vinophile éclairé !

Le vignoble

C’est Philippe Bru, le vigneron et directeur oenologue, qui nous a accueillis. Une petite balade dans les vignes nous a permis de faire le point sur l’ADN de ce domaine à la limite du var, à 400m d’altitude, dont le premier millésime a été produit en 1970 ! A l’époque on ne faisait que du rouge, et c’est d’ailleurs toujours à ses vins rouges que le Château Vignelaure doit sa réputation aujourd’hui.
Les premiers rosés ont été faits aux alentours de 1992 et les premiers cépages blancs ont dû attendre 2009 et la reconversion en bio pour être plantés sur le domaine. On trouve donc maintenant du rolle, du sémillon et du sauvignon blanc, sur ce terroir frais et tardif, où les nuits sont toujours fraîches et les écarts jour/nuit importants. Philippe nous explique d’ailleurs que les équilibres de ces vins ne sont finalement pas très « sudistes », et qu’il est souvent difficile à l’aveugle de trouver qu’il s’agit de vins de Provence avec des équilibre septentrionaux !
Il nous fait également remarquer que l’on ne trouve pas d’oliviers ici, ce qui est un signe climatique caractéristique : on est ici dans un microclimat froid ! Et pour preuve, il y a eu des gelées en 2016 et 2017.
On trouve également de la roussanne et du viognier sur le vignoble, qui sont hors AOP et entrent donc dans la composition des vins en IGP Méditerranée.
Quoi qu’il en soit, la production actuelle est encore pour moitié du rouge.

L’histoire du domaine

C’est un Bordelais, Mr Brunet, qui était déjà propriétaire de la Lagune, qui a créé le domaine. C’est pourquoi on retrouve presque 30% de cabernet sauvignon dans le rosé de Vignelaure: il en avait planté beaucoup ! Le lieu dit et le château s’appelaient « Saint Estève », mais comme il venait de Bordeaux, il n’a pas voulu de cette similarité avec Estèphe et a renommé le tout « Vignelaure », la Vigne de Laura du nom de la muse de Pétrarque.
On peut d’ailleurs noter que le chai a été créé sur le modèle Bordelais: Les cuves > Les fûts > les bouteilles !
Dans les années 75/80 Vignelaure était LE grand domaine de Provence, que l’on trouvait sur toutes les belles tables, avant l’arrivée de Trevallon ! C’était la première fois qu’un rouge de Provence
- était mis en bouteille bordelaise
- était produit à base de cabernet
- était bio
- était élevé en fût
- était taillé pour la garde
En résumé, un petit OVNI en Provence. Il est à noter qu’Eloi Durbach a vinifié pendant 2 ans au Château Vignelaure avant de créer Trevallon, où il s’est inspiré de l’assemblage Cabernet sauvignon et Syrah produit ici.
Quant au bélier que l’on retrouve sur l’étiquette des bouteilles, c’est le signe du Zodiaque du créateur Georges Brunet

Depuis 2007, c’est un couple scandinave Mr et Mme Sundstrom qui a racheté le domaine et choisi Philippe pour le conduire, et ils comptent bien y prendre leur retraite le moment venu !

Le Scoop du vigneron

Philippe a profité de cette journée pour nous dévoiler un scoop: il a travaillé sur des vendanges tardives, le premier millésime 2016 sera disponible fin novembre 2018 ! Vinifiée en fut comme un Sauternes, cette cuvée sera produite à 700 exemplaires seulement. C’est un sauvignon blanc pur à 13°.5 d’alcool. reste à savoir si vous pourrez en acheter chez nous ;) On vous tiendra au courant…
Il semblerait qu’un Marc de Provence soit également en cours de conception !
Nous apprenons aussi lors de la visite de la cuverie, que cette année pour la première fois, la fermentation des 3 cépages de la cuvée Château rosé se fait dans la même cuve. Nous ferons donc bien attention aux conséquences de cette nouveauté lors de la dégustation du millésime à venir !
Philippe nous explique également qu’il y a une partie de fermentation malolactique sur ses rosés, à l’inverse de 95% des rosés de Provence.

La technique du vigneron

Quand on écoute parler Philippe, c’est tout le métier de vigneron qui transparait ! Aucune certitude d’une année sur l’autre, c’est l’expérience de la vigne et du vignoble qui guide toutes ses décisions ! Comme il le dit lui même, un autre vigneron à Château Vignelaure ferait un tout autre vin ! Cette année par exemple, les vendanges ont été complètement bouleversées par rapport aux prévisions: l’ordre de vendange a été changé au jour le jour, selon ce qui se passait dans les vignes. « Il faut faire des choix, prendre des décisions sur le moment » nous dit-il, sans que cela semble lui poser le moindre état d’âme: on voit qu’il sait ce qu’il fait !
Il nous explique des subtilités dans les choix des fûts: le bois n’est pas le même pour le cabernet et la syrah, car ces cépages ‘sont pas les mêmes tanins.
Il sépare les cépages entre eux mais également selon le terroir, grâce à sa connaissance du vignoble. Selon le millésime le tri est toujours différent !
On est également ravis d’apprendre que les doses de SO2 dans ses vins sont minimalistes, et il ne pense d’ailleurs pas pouvoir descendre plus bas: « on a atteint un seuil » explique-t-il, ajoutant qu’il ne cherche pas à faire ici du vin nature, mais avant tout un vin de qualité et de valeur sûre !

La dégustation

La visite s’est terminée en bonne et due forme sur la dégustation de nombreux millésimes dans les 3 couleurs. Vous retrouvez d’ailleurs aujourd’hui en boutique nos coups de coeur de cette journée, que nous avons sélectionnés pour cette fin d’année 2018 ! Le clou de la dégustation : un magnum de Château Vignelaure rouge de 1975 sorti de la réserve privée du Château et que Philippe avait choisi pour nous faire plaisir ! Pari réussi, et un belle expérience pour nous tous !

L’accueil


Impossible de conclure sans parler du merveilleux accueil de Philippe, Nelly, et de toute l’équipe lors de cette journée. Un repas délicieux concocté par un restaurant local, La Roquette à Rians, nous a été servi dans l’une des superbes pièces du Château Vignelaure, accompagné de toutes les bouteilles ouvertes pour la dégustation. Nous avons même pu prendre le café au soleil dans le parc, avec vue sur la piscine et les œuvres d’art qui sont là aussi bien présentes !

Pour résumer le Château Vignelaure en quelques mots, ce sera donc assez facile: Un régal pour les yeux et pour les papilles !

 

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

nom:
E-mail: (Non publié)
Commentaire: