En navigant sur notre site internet, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte

Le cochon de Sulauze !

Le cochon de Sulauze !

Imaginez un domaine viticole chargé d'histoire: Une chapelle de 1725, un four à pain de 1882, et des traces d'habitat qui remontent à 10 000 ans AV JC.

Imaginez des vignerons chargés d'histoires également, venus d'un peu partout en France, à l'occasion du Salon Millésime Bio, et qui ont emporté avec eux des bouteilles de leur production.

Imaginez un cochon de 147kg, qui a cuit toute la nuit:le cochon de Sulauze !

Toute la team Simplement Vin était là pour cette réunion annuelle qui commence à devenir une tradition au domaine, même si Guillaume ne sait plus bien au juste depuis combien d'années ils font ça, avec sa femme Karina.
On profite de l'apéro pour retrouver les copains qui viennent de près ou de loin, et pour goûter aux bouteilles qui s'alignent sur un bar de plusieurs mètres de long, dans la salle Fenière qui est aujourd'hui un lieu de réception, chauffé par une immense cheminée et un énorme poële.


C'est aussi l'occasion de déguster les bières du domaine, brasées par Guillaume et Julien, deux jeunes autodidactes qui ont plein d'idées en tête pour aider au développement des brasseries artisanales locales, comme le Provence Bière Connexion, un gros évènement en préparation pour avril 2016.


Quand le cochon est prêt, direction le four à pain où il est au chaud avec tout un tas de petits légumes rôtis. Alex et Julien ramènent un des nombreux plats (147kg de cochon !) à la salle, où tout le monde s'assoit pour se régaler, pendant que le feu brûle dans l'immense cheminée et qu'un groupe live d'amis s'installe pour jouer.


Trop bon, ce cochon !
Il faut dire qu'il a été cuisiné avec amour par un ami cuisinier du Luxembourg qui a fait 900km avant de toucher le cochon. Il nous raconte sa rencontre avec Guillaume et Karine, qui ont poussé un soir la porte de son restaurant déjà fermé: "c'est le soleil qui est entré avec eux". Il leur a donc fait une entrecôte au foie gras. "On a parlé artistes brésiliens et vins français, on est devenus amis".

Il faut avouer qu'il est difficile de mieux décrire Guillaume et Karina. En attendant le dessert on écoute Guillaume qui nous parle de ses poules: les galinettes, les pomponettes, dont on retrouve les noms sur les bouteille. La chapelle a aussi donné son nom à une cuvée, alors on va y faire un tour, avant de rentrer. Parce que le lendemain, c'est Millésime Bio, et on a encore plein de Vins à découvrir et à sélectionner !

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

nom:
E-mail: (Non publié)
Commentaire: